Pablo Aimar : le magicien du ballon rond

Pablo Aimar est de retour dans son club formateur, River Plate, pour le plus grand bonheur des supporters argentins. Le petit milieu de terrain argentin semble entamer la dernière ligne droite d’une longue carrière ornée de titres et de blessures à répétition.

Formé avec les équipe de jeunes de River Plate, Pablo César Aimar Giordano rejoint l’équipe professionnelle en 1996. Il fait ses débuts sous les couleurs rouges et blanches le 11 août 1996. Entouré d’Ariel Ortega, Marcelo Gallardo et surtout du légendaire Hernán Crespo en attaque, Pablito détient toutes les conditions pour éclore rapidement.

l devient très tôt le meneur de jeu des « Gallinas » et mène son équipe vers la victoire grâce à son ami de toujours, Javier Saviola ainsi que Juan Pablo Angel. Au delà des titres qu’il empile dès son plus jeune âge : une Copa Libertadores lors de son arrivée en 1996, la Supercopa sud-américaine l’année suivante additionnée à une Coupe du Monde des moins de vingt ans la même année avec l’Argentine ; le numéro 10 de River impressionne surtout par son amour du beau jeu et du travail bien fait.

Une arrivée en Europe remarquée

Après quatre ans et demi à River, le « Clown » décide qu’il est temps de prendre son destin en main et traverse l’atlantique. Il pose ses bagages à Valence pour la somme (assez importante pour l’époque) de vingt-quatre millions d’euros, ce qui en fait lecinquième transfert le plus cher de l’histoire du FC Valence.

Le natif de Río Cuarto est positionné dès son arrivée au poste de numéro 10. À peine six mois après son arrivée en Espagne, Pablo Aimar dispute la première finale de Ligue des Champions de sa carrière, la deuxième de suite pour le club. Malheureusement pour le prodige argentin et ses coéquipiers, le Bayern Munich remporte le match à la séance des tirs aux buts et laisse les Valenciens sur un deuxième échec consécutif.

pablo_aimar

emarqué pour ses talents footballistiques, Aimar devient très vite connu pour sa fragilité. Il enchaîne les blessures avec Valence et ne confirme pas toutes les attentes que le grand public avait en lui. Plusieurs fois touché au genou et à la cheville, il s’est fait opéré récemment pour repartir de plus belle.

Malgré son talent, toujours resté intact, Valence décide de se séparer du joueur. El Payaso part à Saragosse et son transfert fait une nouvelle fois beaucoup parler. Motif : Il devient le plus gros achat de l’histoire du Real Saragosse pour 11 millions d’euros. Malgré le nom peu clinquant, Aimar joue aux côtés de ses compatriotes Milito et D’Alessandro. Malheureusement, le meneur de jeu argentin se blesse une nouvelle fois et ne peut empêcher son club de descendre en Liga Adelante.

Benfica, le nouveau départ

Relégué avec le club aragonais, l’idole de Lionel Messi décide de se relancer de l’autre côté de la frontière ibérique, au Benfica Lisbonne. À noter que le montant de ce transfert est plus petit que les deux derniers, et cela dû à ses blessures à répétition qui n’offrent plus une entière garantie à ses dirigeants.

Ses débuts au sein du club lisboète sont poussifs mais il retrouve, lors de sa seconde année sous le maillot rouge et blanc, une certaine harmonie avec son ancien coéquipier à River Plate, Javier Saviola. Les benfiquistes remportent le championnat après quatre années de règne du FC Porto pendant lesquels le Benfica ne terminera jamais à une meilleure place que troisième. Ils obtiennent également la coupe de la Ligue Portugaise en gagnant 3 à 0 face à Porto.


Pablo Aimar passing range par ayad-elpayaso

Quatorze ans après son départ d’Argentine, Pablo Aimar revient dans le club qui l’a fait découvrir au monde du ballon rond. Sous la houlette de son ancien coéquipier Marcelo Gallardo, le natif de Río Cuarto refoule la pelouse du Estadio Monumental pour le plus grand bonheur des supporters de River Plate. Une chose est sûre, sa passion du beau geste et ses dribbles enflammés n’ont pas encore fini de nous surprendre… .